« Certains matériaux cochent toutes les cases : biosourcés, recyclables et compostables en milieu naturel »

Dans un contexte de course à la recyclabilité, Christophe Morin, gérant du cabinet de conseil Packagile, explore pour Process Alimentaire les principales pistes d’innovation en matière d’éco-conception. Et souligne l’émergence de matériaux qui cochent toutes les cases : à la fois biosourcés, recyclables et compostables.

Lire la suite de l’article, ici : lien.

Bonduelle abandonne le film pour un suremballage carton

Le groupe alimentaire entame sa mue « circulaire » pour éliminer les plastiques non recyclables avec l’aide de Paker et de Van Genechten Packaging. –

Après s’être engagé pour « créer un futur meilleur par l’alimentation végétale » en agissant sur plusieurs leviers dont l’emballage, Bonduelle passe aux démonstrations pratiques. La suppression du film plastique sur ses lots x2 et x3 de légumes en boîte métal au format 1/4, remplacé par un pack carton, constitue le premier changement de taille dans cette évolution vers des emballages plus en phase avec l’environnement. « Nous travaillons sur de multiples aspects, comme la réduction du poids et des volumes des conditionnements. Nous nous sommes aussi engagés à éliminer d’ici à 2025 les 10% d’emballages qui ne sont pas réutilisables ou recyclables », souligne Damien Cadeau, directeur des achats emballage et matières premières du groupe nordiste. Les plastiques font naturellement les frais de cette évolution. Dans le cas présent, quelque 60 millions de packs par an sont concernés, qui permettront la suppression de 170 tonnes de polyéthylène (PE). Pour réussir cette conversion, Bonduelle s’est appuyé sur l’expertise de Paker et de Van Genechten Packaging. Le premier a mis au point la suremballeuse qui permet d’appliquer la découpe sur les lots de boîtes à une vitesse de 200 coups par minute. Le second lui fournit les découpes, en carton recyclé de 350 g/m², qui servent à emballer les lots.

Lire la suite de l’article, ici : lien.

Microalgues : Inalve inaugure sa ferme pilote pour l’alimentation animale

La start-up française a lancé sa nouvelle usine dans la vallée du Var (06). Elle produit des ingrédients à base de microalgues pour l’alimentation animale à partir d’un process breveté.

De nombreuses initiatives cherchent à proposer des ingrédients plus durables dans le domaine de l’alimentation animale et de l’aquaculture. Outre la filière « insectes » qui se structure fortement, les fournisseurs de microalgues sont aussi très dynamiques. Créée en 2016 et incubée trois ans au ToasterLab de Vitagora, la start-up française Inalve veut se positionner comme une réponse aux grands enjeux économiques et environnementaux. Elle produit des microalgues Tetraselmis suecica sur biofilm grâce à un process de convoyeur mobile développé avec le CNRS, Sorbonne Université, Centrale Supelec et Inria. Elle vient de lancer avec quelques mois de retard sa première ferme pilote de 300 m2 dans l’Eco Vallée de la plaine du Var. Le but est de lancer la commercialisation industrielle (plusieurs milliers de tonnes par an) pour 2024, et de déployer des fermes à l’international en 2025.

Lire la suite de l’article, ici : lien.

Performance industrielle picto

Emballage alimentaire surgelés : Syntegon Technology et Sabic lancent une alternative aux films LDPE