Gaspillage alimentaire : la date de durabilité minimum mieux explicitée

Le décret n°2022-1440 du 17 novembre 2022 permet aux opérateurs de compléter la mention « à consommer de préférence avant le » pour mieux informer le consommateur que le produit reste consommable sans risque pour la santé au-delà de cette date.

Près de 10 millions de tonnes de nourriture consommable sont jetées chaque année en France, selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). L’article 35 de la loi Agec du 10 février 2020, relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, est venu introduire dans le code de la consommation une disposition qui prévoit que lorsqu’un produit alimentaire comporte une date de durabilité minimale (DDM), celle-ci peut être accompagnée d’une mention informant les consommateurs qu’il reste consommable après cette date.

Lire la suite ici. 

Cas d’usage des jumeaux numériques dans différents maillons de la chaîne alimentaire

Table ronde en ligne : « Risques psychosociaux : les dirigeants d’entreprise, des acteurs majeurs » Le 6 décembre à 11 heures, la rédaction de la revue Travail & Sécurité vous convie à une nouvelle table ronde en ligne sur le thème « Risques psychosociaux : les dirigeants d’entreprise, des acteurs majeurs ».

Le 6 décembre à 11 heures, la rédaction de la revue Travail & Sécurité vous convie à une nouvelle table ronde en ligne sur le thème « Risques psychosociaux : les dirigeants d’entreprise, des acteurs majeurs ».

Elle réunira des experts INRS et Carsat, ainsi que des témoins d’entreprises qui débattront des sujets suivants : En quoi les chefs d’entreprise sont des acteurs incontournables pour lancer une démarche de prévention des RPS ? Comment doivent-ils initier une action, et qui y associer ? Où peuvent-ils trouver de l’accompagnement ? Ce rendez-vous sera l’occasion de présenter des retours d’expériences du terrain et de répondre à vos questions.

Lire la suite ici. 

La bouteille 1Skin de Sidel veut incarner l’avenir du conditionnement durable pour les boissons sensibles

Produits biocides : proposition de critères pour la restriction de leur vente en libre-service

Insecticides, gels hydroalcooliques, appâts anti-rongeurs, désinfectants de surface, ces produits, appelés biocides, font partie de notre quotidien. Afin de réduire leur impact sur la santé humaine, animale et sur l’environnement, la loi dite EGALIM prévoit notamment l’interdiction de la vente en libre-service de certains produits aux particuliers. Dans ce contexte, l’Anses a été chargée de définir des critères afin de déterminer quelles catégories de produits biocides mériteraient une attention particulière et un accès limité. Ces produits resteraient toutefois accessibles à l’achat sous les conditions qui seront définies par les autorités.

Lire la suite ici. 

FAQ : Critères d’évaluation des risques liés aux plantes produites par mutagénèse dirigée, cisgénèse et intragénèse

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, les scientifiques de l’EFSA ont proposé six critères pour l’évaluation des risques associés à des plantes produites à l’aide des techniques génomiques de mutagenèse dirigée, cisgenèse et intragenèse. La Commission européenne a sollicité cet avis scientifique pour étayer son initiative politique en cours sur les nouvelles techniques génomiques.

  1. La mutagénèse dirigée, la cisgénèse et l’intragénèse, c’est quoi ?

Ce sont des techniques de génie génétique, c’est-à-dire des processus qui modifient la structure génétique d’un organisme en modifiant, en supprimant ou en introduisant de l’ADN.

Lire la suite ici. 

Bel et Standing Ovation veulent accélérer le déploiement des protéines alternatives