Agria Grand Est

  • AGRIA GRAND EST

    Au service de la performance durable des entreprises de la bioéconomie du Grand Est

    Se rendre à l’accueil
  • AGRIA GRAND EST

    Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie en agroalimentaire et agro-ressources du Grand Est

    En savoir plus
  • AGRIA GRAND EST

    Partenaire de vos projets quelle que soit la taille, quelle que soit la filière de votre entreprise

    Découvrir les missions d’Agria Grand Est
  • AGRIA GRAND EST

    Une équipe pluridisciplinaire au service du développement durable de votre activité

    Découvrir l’équipe
  • AGRIA GRAND EST

    Une offre de services sur mesure : innovation, R&D, QHSE, réglementation, performance industrielle et environnementale, dynamisme commercial, communication, attractivité des métiers et formation…

    En savoir plus
28 MAI 2024

« Créer et partager de la valeur dans le Grand Est : défis et solutions pour la bioéconomie »

Un invité de renom : Olivier MEVEL 

Consultant en stratégie et marketing des filières alimentaires

Maître de Conférences HDR en Sciences de Gestion

Spécialiste de la transition alimentaire

Entretien avec Olivier MEVEL, enseignant-chercheur et maître de Conférences.

Quels constats majeurs faites-vous sur la filière alimentaire ?

La proposition de valeur des produits alimentaires évolue pour intégrer progressivement la RSE ou encore la reconnaissance accrue de certains signes de qualité.

Il faut cependant considérer une population très hétérogène en termes de pouvoir d’achat : quand 30% des consommateurs sont fragilisés et ne peuvent prendre en compte que le prix en tant que principal critère d’achat, 50% sont aussi rendus plus prudents mais s’ils ont encore le choix du rapport qualité-prix et les 20% restant, les préservés de la crise, privilégient globalement la qualité et la théâtralisation des lieux de vente. Au sein de cette dernière catégorie, la moitié des consommateurs ont un tel niveau d’exigence qu’elle quitte les circuits d’approvisionnement classiques pour se tourner vers le commerce alimentaire spécialisé (Grand Frais, Picard, …) ainsi que des points de vente de niche, souvent ultra-locaux. La demande se fragmente et cette fragmentation de la demande amène progressivement à l’éparpillement de la distribution : la grande distribution a vu ses ventes en volume reculer de plus de 7% en 3 ans, la RHF recule elle aussi (-2%) sur la période 2019/2023, et ces changements s’inscriront potentiellement dans le temps. Seule le commerce alimentaire spécialisé progresse (+4%) sur les 5 dernières années.

Sous quel œil doit-on voir ces changements ?

La problématique est assez profonde et nous impacte sociétale ment mais aussi socialement : on observe un écart jamais vu entre le pouvoir d’achat et le vouloir d’achat, autrement dit, on ne peut pas ou plus acheter ce que l’on souhaite. Cet écart est au plus haut chez les 18-35 ans. Cela engendre de la frustration, du renoncement. Certains diront que les loisirs prennent une part trop importante dans le budget d’un foyer en 2024 : c’est faux. Les loisirs représentaient 10% des dépenses de consommation des ménages dans les années 70, aujourd’hui c’est environ 12%. Ce qui impacte le budget des ménages, c’est l’immobilier, dans toutes ses dimensions : l’achat ou le loyer, l’électricité, l’énergie, l’eau, peut-être bientôt les assurances ? On peut dire que c’est la pierre qui mange le budget alimentaire des français et non pas l’Iphone…

Si les foyers n’ont pas le pouvoir d’achat qu’ils souhaitent, où les entreprises alimentaires peuvent-elles créer de la valeur ?

Les entreprises ont voulu, ou dû, faire du volume et pour cela travailler avec la grande distribution, sur des promotions notamment. En voulant absolument promotionner pour suivre les attentes consommateurs, on a globalement dégradé la valeur perçue des produits alimentaires. Nous avons été habitués à ne plus payer les produits alimentaires à leur valeur réelle. Résultat, nous avons aujourd’hui un moindre consentement à payer pour de l’alimentaire que pour d’autres produits au sein de la fonction de consommation. Est-ce une situation inquiétante ? Oui ! La question est donc : comment relever la valeur perçue de l’alimentaire quand le budget des ménages est pris à 50% par le logement ?

La réponse se trouve dans la couverture de la demande : on ne peut plus développer des produits en pensant qu’ils couvriront 100% de la demande. La population a des besoins hétérogènes et l’offre produit doit être le reflet de ce constat. Il faut envisager d’avoir 1 offre par canal de distribution et par segment de pouvoir d’achat ;

Ces conclusions s’appliquent-elles aux entreprises alimentaires en Grand Est ou ont-elles des spécificités ?

Bien sûr que ces conclusions s’y appliquent. D’autant plus quand on comprend les spécificités du tissu économique local. On peut le comparer à celui de la Bretagne, que je connais bien. Au centre de la Région, on trouve peu de services mais des entreprises agricoles et agroalimentaires qui font vivre économiquement ces territoires. Des « territoires du centre », pourrions-nous dire. Si ces entreprises venaient à disparaître, les populations seraient contraintes de bouger vers les grandes villes pour y trouver des services, mais où la part du logement est plus conséquente dans les budgets et entrainerait une précarisation. Les politiques publiques ont donc le devoir de soutenir ce tissu économique essentiel et structurant pour la région.

Rendez-vous à partir de 13h30 au Crédit Agricole de Lorraine à Laxou (54)

ACTUALITES

INOVAL 2024 - Présentation candidat : Pierre Schmidt

Envie d'un repas gourmand et rapide à préparer ? Nos croissants…

INOVAL 2024 - Présentation candidat : Alternative Verjus

Découvrez Alternative Verjus ! Une alternative écologique…

INOVAL 2024 - Présentation candidat : Stoeffler

Stoeffler mêle tradition et innovation avec ses saucisses…

INOVAL 2024 - Présentation candidat : Distillerie de la Forge

La liqueur d'or, artisanale et complexe, est obtenue par macération…

INOVAL 2024 - Présentation candidat : Les Vergers Partagés de Lorraine

Les flocons de pomme : durable, éco-responsable, nutritif. Riche…

Retrouvez les dernières lettres d’information d’Agria Grand Est.

Abonnez-vous à nos newsletters en complétant ce formulaire :

Je confirme avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en nous contactant à l’adresse iaa@iaa-lorraine.fr

GO PEI « LORT’INNOV » Octobre 2022 – Avril 2024

L’objectif du projet « LORT’INNOV »  est de répondre aux problématiques suivantes :

Comment faire de la culture de l’ortie une opportunité économique et environnementale pour l’agriculture régionale ? Comment valoriser de façon optimale la culture de l’ortie ? Il s’agit de réussir à produire une ortie traçable en quantité industrielle qui pourra être valorisée en production animale (en garantissant ainsi l’autonomie protéique des élevages), en fibres transformées par l’industrie textile régionale et en molécules d’intérêts utilisées par les industries cosmétiques, nutraceutiques et alimentaires.

Agria Grand Est est soutenu par l’Europe (FEADER) et la Région Grand Est pour la réalisation de ce projet.

ACCÉDER À NOS LOCAUX

2 rue du Doyen Marcel Roubault – Bâtiment Géologie – BP 10162
54505 VANDOEUVRE-LES-NANCY