Articles

Matériaux biosourcés : étude de maturité des différentes filières et gisements

Dans notre société visant le zéro carbone, les matériaux biosourcés prennent une importance croissante et intéressent secteur privé et pouvoirs publics. Une étude de l’association française Record fait le point sur la question, de plus en plus pressante, de leurs performances environnementales.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

Le design: un outil pour valoriser la biomasse

Dans le cadre du plan de relance, Wallonie Design s’allie avec ValBiom afin d’ explorer la plus-value des méthodes du design, appliquées aux matériaux biosourcés, et plus particulièrement issus de gisements non-valorisés de biomasse locale.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

L’usine Solvay de Rheinberg a installé une centrale de cogénération biomasse de 90 MW

En 2021, le groupe Solvay a mis en service une centrale de cogénération à la biomasse sur son site de de Rheinberg en Allemagne. Le site produit de la soude et du bicarbonate de soude pour la fabrication du verre, des panneaux solaires, des détergents, de la levure chimique, de l’épuration des fumées, etc.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

Donner une nouvelle vie aux sites marginaux : les enseignements du projet Interreg New-C-Land

Ce 14 juin s’est déroulé l’évènement de clôture du projet Interreg New-C-Land. En 4 ans, le projet a donné une impulsion à l’utilisation de la biomasse provenant de sites marginaux (SMARG) de la région France-Wallonie-Flandre. Voici un bref résumé des expériences et débouchés potentiels de la valorisation de biomasse sur ces sites.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

La pyrogazéification, petite sœur de la méthanisation, attend le top départ

Biométhane, chaleur, hydrogène : pour en produire, la pyrogazéification complète la méthanisation en traitant les déchets solides. Avec une quinzaine de projets en développement, cette filière est désormais prête à passer à l’échelle.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

Biomasse : le WWF se projette sur son utilisation durable en 2050

Solaire, éolien, hydraulique, nucléaire : les débats sur la composition du futur mix énergétique français pour atteindre la neutralité carbone en 2050 font souvent l’impasse sur la biomasse. Cette ressource, issue des résidus de culture, d’élevage ou de la foresterie, s’avère cependant indispensable pour générer du biogaz, par méthanisation, ou alimenter des chaudières, avec du bois-énergie. S’appuyant sur les derniers travaux prospectifs en la matière, l’antenne française du Fonds mondial pour la nature (WWF France) chiffre dans une nouvelle étude la place que pourrait prendre la biomasse dans le mix énergétique en 2050, selon des critères durables.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

Gérer, produire et valoriser les biomasses : une bioéconomie au service de la transition écologique et énergétique

L’ADEME lance la quatrième édition de GRAINE visant à soutenir un développement durable de la bioéconomie en réponse aux enjeux de la transition écologique autrement dit d’articuler (1) l’accompagnement des filières de production et de valorisation de biomasses avec (2) la réduction des impacts environnementaux et la prise en compte des services rendus par les écosystèmes.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

Chimie du bois : l’écorce de bouleau valorisée en cosmétique par une start-up finlandaise

La start-up finlandaise Innomost a levé un financement de 5 millions d’euros pour son unité pilote de valorisation d’écorces de bouleau issues de l’industrie papetière.

Une alternative aux produits pétrosourcés

Dans la plupart des industries de la première transformation du bois (scieries, papeteries, etc.), l’écorce est un coproduit de faible valeur qui finit généralement valorisé en paillage ou en énergie. Innomost, une start-up finlandaise fondée en 2016, s’est associée avec le groupe nordique Metsä afin d’utiliser comme matière première dans ses procédés les écorces de bouleau issues de la production de pâte à papier.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

Le potentiel énergétique de la biomasse agricole n’est pas encore suffisant pour 2050

France Stratégie estime que le potentiel de la biomasse agricole actuellement mobilisée pour la production d’énergie n’atteint pas les objectifs fixés pour 2050 par la SNBC. Pour tenter d’y parvenir, elle suggère de soutenir l’agroécologie.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

Bilan très positif pour les dix ans de la chaufferie biomasse Nestlé de Challerange

Le groupe Nestlé c’est cinq milliards d’euros de chiffre d’affaires, plus de 13 000 collaborateurs, vingt sites industriels en France. Depuis 2010, Nestlé France a entrepris d’installer dans ses usines des chaudières biomasses en remplacement de chaudières au fioul. L’usine de production de poudre de lait de Challerange dans le département des Ardennes, Grand Est a été le premier site industriel du groupe Nestlé à faire le choix de la biomasse, le premier d’une longue série, symbole d’une vision sur le long terme.

Pour en savoir plus, cliquez ICI.