La DGCCRF rappelle plus de 7 000 produits contaminés par une substance cancérigène

La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) a lancé une vaste opération de retrait rappel de 7 000 produits alimentaires qui contiennent une substance cancérigène, interdite en Europe depuis 2011.

Lire la suite ici.

75 % des rappels liés à l’oxyde d’éthylène depuis début 2021

La crise liée à la contamination de produits en provenance d’Inde par l’oxyde d’éthylène se poursuit. D’après la veille réalisée sur notre site Internet, trois quarts des avis de rappels émis depuis janvier sont liés à la contamination d’épices par l’oxyde d’éthylène.

 

Lire la suite ici

Sécurité des aliments : l’Ifif et la FAO publient un nouveau guide

La Fédération internationale de l’industrie de l’alimentation animale (Ifif) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont publié, fin décembre, un nouveau manuel de bonnes pratiques pour le secteur de l’alimentation animale. Une version entièrement révisée et élargie, destinée à améliorer la sécurité des aliments et la qualité de leur production.

Lire la suite ICI

Un nouveau site de déclaration en ligne pour la Nutrivigilance

Le dispositif de Nutrivigilance collecte les signalements d’effets indésirables liés à la consommation de certains produits alimentaires, dont les compléments alimentaires. Les professionnels de santé, les fabricants ou distributeurs et les particuliers peuvent désormais déclarer ces effets indésirables sur un nouveau site plus facile et rapide à utiliser. En déclarant sur le site, ils contribuent ainsi à améliorer la connaissance des produits et la sécurité des consommateurs.

Lire la suite ici

Laboratoires agréés et reconnus – méthodes officielles en alimentation

Les services de contrôle du ministère en charge de l’agriculture s’appuient sur un réseau de laboratoires officiels, constitué principalement par les laboratoires nationaux de référence (LNR) et les laboratoires d’analyses agréés.

Les différents types de laboratoires

  • Les laboratoires nationaux de référence, spécialisés dans un ou plusieurs domaines de compétences, assurent la mise au point et la diffusion de méthodes, la formation technique des laboratoires de terrain, l’organisation d’essais inter-laboratoires, la diffusion de réactifs certifiés, la confirmation de résultats, etc.
  • Les laboratoires agréés réalisent les analyses officielles en santé animale, en hygiène des aliments et en santé des végétaux.
  • Les laboratoires reconnus réalisent les analyses d’autocontrôles dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé de l’agriculture.

Adresses des laboratoires

Le fichier ci-dessous recense toutes les adresses des laboratoires (LNR, agréés ou reconnus). Chaque laboratoire est identifié par un code qui se retrouve également dans les listes de laboratoires agréés.

Lire la suite ici.

Affichage environnemental : l’Eco-Score entre en scène

Un collectif d’acteurs composé entre autres d’Etiquettable, d’Open Food Facts ainsi que des applis Yuka et Scan Up a lancé un indicateur pour évaluer l’impact environnemental des produits alimentaires. Détails.

Lire la suite ici.

Anses : un séminaire sur trois enjeux clés de la sécurité sanitaire des aliments

La sécurité sanitaire des aliments fait partie des missions socles de l’Anses, tant en recherche qu’en évaluation des risques. Le 24 novembre 2020, les scientifiques de l’Agence ont participé à des ateliers pour renforcer les travaux transversaux menés sur cet axe stratégique.

La sécurité sanitaire des aliments englobe les voies d’exposition de l’Homme aux contaminants à travers l’alimentation et l’eau potable, mais aussi la santé des animaux d’élevage et des végétaux. Fin novembre, les différentes équipes de l’Anses actives sur ce sujet ont échangé lors d’un séminaire autour de trois grands sujets :

•    La surveillance des denrées alimentaires

•    L’attribution des sources des maladies d’origine alimentaire

•    La génomique et le séquençage du génome entier

Lire la suite ici.

Grippe aviaire : le virus se propage rapidement en Europe

Le risque que la grippe aviaire se propage dans des pays européens auparavant non touchés est élevé, selon une mise à jour publiée aujourd’hui par l’EFSA qui indique que le virus se propage rapidement à travers le continent.

Au cours du mois dernier, plus de 300 cas ont été signalés en Allemagne, en Belgique, au Danemark, en France, en Irlande, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Suède. La majorité des détections concernaient des oiseaux sauvages, bien qu’on ait observé quelques foyers épidémiques chez des volailles. Le nouveau rapport estime que la probabilité que le virus se propage depuis des oiseaux sauvages à des volailles est élevée.

Lire la suite ici.

De l’oxyde d’éthylène dans des graines de sésame importées

Selon la DGCCRF, les autorités sanitaires françaises ont été informées début septembre par leurs homologues belges de la présence d’un produit chimique, l’oxyde d’éthylène, à une teneur supérieure à la limite maximum réglementaire dans certains lots de graines de sésame importées d’Inde. Des investigations sont actuellement en cours en lien avec la Commission européenne pour identifier l’origine de cette contamination. Dans l’attente des résultats de ces investigations, les autorités sanitaires françaises ont pris, en coordination avec leurs homologues des États membres concernés, des mesures de retrait/rappel des produits contaminés.

Lire la suite ici.

Pesticides dans le sésame : un risque à intégrer d’urgence

Une vague inédite de rappels a été provoquée par la présence à des teneurs supérieures à la réglementation d’oxyde d’éthylène dans des graines de sésame. Ce qui implique de revoir les plans de contrôle. Le point à date.

Depuis le mois de septembre, plus de 150 produits alimentaires contenant des graines de sésame en provenance d’Inde ont été rappelés dans l’Hexagone. En cause, la mise en évidence de la présence d’oxyde d’éthylène à des teneurs mille fois supérieures à la réglementation européenne (CE 396/2005). Ce pesticide, utilisé pour éviter le développement de moisissures lors du stockage, est classé cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction. « Depuis le signalement de cette non-conformité par les autorités belges, il y a aujourd’hui entre cinq et dix alertes par jour sur le réseau RASFF (Rapid Alert System for food and feed) », observe Jérôme Ginet, responsable de l’unité contaminants d’Eurofins. Cette vague de rappels concerne un large panel de produits, allant du mélange de graines, aux biscuits (Nutrition & Santé, Bonne Maman, St Michel, etc.), en passant par les produits de boulangerie-pâtisserie (Bridor, Picard, Neuhauser, etc.) et du petit-déjeuner (barres céréalières et granola) jusqu’aux gâteaux apéritifs.

Lire la suite de l’article, ici : lien.