Gants et vêtements de protection contre les produits phytopharmaceutiques : réorienter la normalisation

Les normes ISO 18889 et NF EN ISO 27065 définissent des exigences de performance de gants et de vêtements de protection qui seraient spécifiquement adaptés à la manipulation des produits phytopharmaceutiques (PPP) sous forme liquide. L’analyse détaillée de ces normes est source d’interrogations sur leur pertinence pour la protection des utilisateurs de PPP. L’INRS a réalisé une étude bibliographique comparative des normes d’évaluation de la résistance chimique des gants et des vêtements de protection les plus utilisées en s’appuyant sur un examen extensif de la littérature scientifique sur le sujet. Cet article présente les points saillants des conclusions de cette étude.

Lire la suite ici. 

Exposition cutanée et passage percutané : de quoi parle-t-on ?

L’exposition cutanée à des produits chimiques est une réalité en milieu professionnel. Elle est rarement le fait d’un contact direct entre la peau du salarié et une substance. De nombreuses situations ou manipulations peuvent conduire à une exposition cutanée indirecte et souvent insoupçonnée. Une fois au contact de la peau, la substance peut ensuite diffuser dans l’organisme (il s’agit du passage percutané) avant d’entraîner d’éventuels effets systémiques. L’exposition cutanée n’induit pas systématiquement un passage percutané. Cet article propose de faire le point sur ces deux phénomènes, en rappelant les processus mis en œuvre pour pouvoir les observer. Les moyens de mesurer ou d’évaluer le passage cutané seront également brièvement évoqués.

Lire la suite ici.

L’intelligence artificielle au service de la santé et sécurité au travail : enjeux et perspectives à l’horizon 2035

L’introduction de systèmes d’intelligence artificielle en milieu professionnel est une réalité qui soulève des questions en matière de prévention des risques. L’INRS a conduit un exercice de prospective pour identifier les enjeux et les perspectives d’évolution de l’usage de ces technologies dans le champ de la santé et sécurité au travail à l’horizon 2035. Cet article propose un éclairage sur les travaux conduits reposant sur l’exploration de différents scénarios d’évolution possibles et des projections dans trois domaines d’usages. L’ensemble des enseignements est rassemblé en une vingtaine de messages clés.

Lire la suite ici. 

Le registre des accidents du travail bénins : quelles obligations ?

Tous les accidents survenant dans le cadre du travail ne donnent pas nécessairement lieu à des soins médicaux ou à un arrêt de travail. Ces accidents, a priori sans gravité, sont couramment qualifiés de « bénins ». Signaler ces accidents dans un registre prévu à cet effet permet aux salariés de conserver leurs droits en cas d’aggravation de leur état après l’accident. En outre, ce registre présente l’avantage d’informer l’employeur des risques qu’il est nécessaire de traiter avant qu’un accident plus grave ne survienne.

Quelles sont les conditions à respecter pour mettre en place un registre des accidents bénins ?

Lire la suite ici. 

Vague de froid : les précautions à prendre.

Lors d’épisodes de grand froid, il est important de prendre des précautions afin de se protéger. Sur notre lieu de travail, ces préconisations s’appliquent d’autant plus que nous sommes davantage exposés à ces conditions extrêmes. Le ministère du Travail, du Plein Emploi et de l’Insertion rappelle les mesures que doit prendre l’employeur pour protéger ses salariés et garantir leur sécurité.

Des moyens de préventions simples et efficaces

L’employeur est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés.

 

Lire la suite ici. 

Table ronde en ligne : « Risques psychosociaux : les dirigeants d’entreprise, des acteurs majeurs » Le 6 décembre à 11 heures, la rédaction de la revue Travail & Sécurité vous convie à une nouvelle table ronde en ligne sur le thème « Risques psychosociaux : les dirigeants d’entreprise, des acteurs majeurs ».

Le 6 décembre à 11 heures, la rédaction de la revue Travail & Sécurité vous convie à une nouvelle table ronde en ligne sur le thème « Risques psychosociaux : les dirigeants d’entreprise, des acteurs majeurs ».

Elle réunira des experts INRS et Carsat, ainsi que des témoins d’entreprises qui débattront des sujets suivants : En quoi les chefs d’entreprise sont des acteurs incontournables pour lancer une démarche de prévention des RPS ? Comment doivent-ils initier une action, et qui y associer ? Où peuvent-ils trouver de l’accompagnement ? Ce rendez-vous sera l’occasion de présenter des retours d’expériences du terrain et de répondre à vos questions.

Lire la suite ici. 

Santé et sécurité au travail : OuiLive sensibilise les collaborateurs Savencia dans 26 pays

Dans le cadre de la semaine mondiale de la sécurité et de la santé au travail, le groupe Savencia a organisé, avec la start-up OuiLive, un challenge collaboratif et ludique pour sensibilité les équipes.

La start-up OuiLive, spécialiste de l’engagement des collaborateurs par le jeu, a annoncé mi-octobre 2022 qu’elle a accompagné Savencia pour mobiliser ses équipes sur la thématique de la qualité de vie au travail. Dans le cadre de la 9e semaine mondiale de la sécurité et de la santé au travail, le groupe a ainsi pu proposer à ses collaborateurs de participer à un challenge connecté sur l’application mobile OuiLive.

Lire la suite aussi. 

Analyse des accidents du travail

Lorsqu’un accident du travail (AT) survient, il est nécessaire d’en identifier les causes et de mettre en place des actions correctives pour éviter qu’il ne se reproduise. L’analyse des accidents du travail est formalisée selon une méthodologie définie au préalable et comporte 7 grandes étapes.

L’analyse des accidents du travail est une étape cruciale de la démarche de prévention, bien qu’elle ait lieu a posteriori. Analyser un accident du travail c’est identifier les causes de sa survenue et agir en conséquence pour éviter son renouvellement par la mise en œuvre d’actions correctives adaptées. Cela permet également d’améliorer le fonctionnement de l’entreprise grâce à une meilleure compréhension des dysfonctionnements et du travail réel.

Analyser les accidents fait partie des missions du comité social et économique (CSE). Les modalités de réalisation de ces analyses doivent être déterminées en amont, par exemple dans le règlement intérieur du CSE (voir Brochure ED 6340).

Lire la suite ici. 

Encéphalite à tiques : remonter à l’origine des cas de transmission via le fromage

Des cas de contaminations humaines par le virus de l’encéphalite à tiques via l’alimentation ont été observés pour la première fois en France en 2020. Plusieurs laboratoires de l’Anses se sont mobilisés afin d’en comprendre les circonstances, d’améliorer la détection du virus dans les produits au lait cru et de prévenir ainsi les risques de contamination similaires. Les premiers résultats de leurs travaux sont parus récemment.

Au printemps 2020, 43 personnes habitant l’Ain ont souffert de méningites, de méningo-encéphalites ou de symptômes grippaux causés par une contamination par le virus de l’encéphalite à tiques (TBEV). Elles avaient toutes consommé du fromage de chèvre au lait cru.

Il s’agissait de la première infection par voie alimentaire connue en France, le TBEV se transmettant généralement par piqûres de tiques. « En avril 2020, le premier confinement a favorisé la consommation de produits locaux, rappelle Gaëlle Gonzalez, chargée de projet à l’unité de virologie du laboratoire de santé animale de l’Anses. Le fait que les cas soient groupés a facilité l’identification de l’origine de la contamination. ».

Lire la suite ici. 

De nouveaux projets européens en perspective, pour mieux protéger la santé animale et humaine

L’Anses participe à cinq nouveaux projets sélectionnés par le programme de recherche européen Horizon Europe. Certains ont commencé au premier semestre 2022, d’autres cet automne.

Le partenariat Parc

Le partenariat Parc (Partnership for the Assessment of Risks from Chemicals) est coordonné par l’Anses. Il a débuté le 1er mai 2022 et fédère 200 partenaires de 28 pays européens. D’une durée de sept ans, il vise à faire progresser la recherche, partager les connaissances et améliorer les compétences en évaluation des risques liés aux substances chimiques.

Le projet Spidvac

Le projet Spidvac (Improved control of priority animal diseases: Novel vaccines and companion diagnostic tests for African horse sickness, peste des petits ruminants and foot-and-mouth disease) est mené par l’institut allemand Friedrich Loeffler et co-coordonné par l’Anses. Il a débuté le 1er juillet 2022 pour trois ans et demi. Son objectif est de créer et d’améliorer des vaccins contre trois maladies animales qui risquent d’arriver prochainement en Europe et représentent une menace importante pour les élevages. Il s’agit de la peste équine, qui affecte les chevaux, de la fièvre aphteuse, qui touche les ruminants et de la peste des petits ruminants, qui contamine les moutons et les chèvres. Le projet réunit 13 partenaires.

Lire la suite ici.