Dans un article publié dans la Revue française des affaires sociales, D. Benamouzig et J. Cortinas présentent les résultats d’une étude empirique des stratégies politiques des entreprises de l’agroalimentaire dans les champs de la santé publique et de la nutrition. Réalisé à la demande du ministère de la Santé, ce travail s’appuie sur une quarantaine d’entretiens semi-directifs, les échanges avec les interviewés étant centrés sur trois sujets : les EGA et la loi Égalim ; les logos nutritionnels ; la publicité pour certains produits alimentaires dans les programmes télévisés à destination des enfants. Trois types de stratégies sont finalement identifiées et détaillées : i) celles d’ordre cognitif, visant la production et la diffusion de savoirs et d’arguments (scientifiques, techniques, économiques, légaux, philosophiques, moraux), mais aussi d’ignorance et de doute ; ii) celles de représentation d’intérêts (prises de positions, alliances avec d’autres acteurs, etc.) ; iii) enfin des stratégies d’ordre symbolique, visant à créer du crédit ou du discrédit social. Si ces stratégies ne sont pas totalement indépendantes, elles sont mises en œuvre par des acteurs spécifiques et forment un « système cohérent d’activités politiques ». Les auteurs identifient plusieurs pistes d’approfondissement : confronter cette grille à d’autres contextes, considérer les particularités des filières ainsi que les ressources et capacités des différents acteurs.

Source: http://veilleagri.hautetfort.com/archive/2020/01/14/strategies-politiques-des-entreprises-de-l-agroalimentaire-e-6206923.html

Pour en savoir plus : Revue française des affaires sociales